ARBITRAGE

3

Rubrique des Arbitres

 


Retour à la page d'accueil:


Rubriques de Philippe LORMANT - Bridgeur n° 713 - 15 décembre 1998

Le Code 1997 - Qu'avez-vous à déclarer ?


Philippe Lormant, arbitre national,
directeur national de l'arbitrage
 


"Si la Loi s'applique à tous, elle doit être accessible à chacun"

La version française du Code international de bridge s'applique en France depuis le 1er septembre 1998.
Que change-t-elle pour les joueurs et pour les arbitres ?
Philippe Lormant, directeur national de l'arbitrage à la FFB, commente les principales modifications apportées au texte.
 

Le code nouveau est arrivé. Quoi de neuf ? A coup sûr la loi la plus originale de la nouvelle bible concerne les changements de déclaration (Loi 25). Arbitres, préparez-vous à argumenter, joueurs, soignez vos déclarations.

Rassurez-vous, l'As reste la carte la plus forte et le jeu tourne toujours dans le sens des aiguilles d'une montre. En revanche, il est désormais possible que vos adversaires jouent une donne avec le top comme espérance de gain, alors que - quel que soit le résultat - vos ambitions devront se limiter à engranger au maximum 4 sur 10. Ce cas peut se présenter suite à un changement de déclaration. La loi qui traite de cette irrégularité est divisée en deux grands paragraphes : 25 A et 25 B.

Voici la chose : bien entendu, on fait usage des boîtes à annonces (pas d'écran).

1. Déclaration par inadvertance (25 A) :

Absolution sans pénitence à condition que...

3 2
D 10 4
R D 2
A R D 10 9

Vous optez pour une ouverture d'1 SA, mais - maladroit -vous saisissez le carton du dessous, 1 , que vous exhibez sur la table sans y prêter attention. Votre adversaire de gauche passe "foulée" et vous contemplez alors votre enchère avec horreur. "Oh pardon, je ne voulais pas mettre 1 mais 1 SA". L'arbitre est requis.

Il établira que vous n'avez effectivement jamais voulu mettre 1 , qu'il y a défaut total d'intention, faute matérielle, et que vous avez corrigé "sans pause pour réfléchir". Bref, il y a inadvertance et il vous autorisera à corriger votre enchère sans pénalité. Ouest, bien sûr, pourra changer sa déclaration.

Rien de nouveau dans tout cela, l'exception pour inadvertance figurait déjà avec les mêmes conditions dans le code 87. Mais il était temps ! Si votre partenaire avait déclaré après le passe d'Ouest, vous n'auriez plus été autorisé à corriger. C'est une précision nouvelle (et importante) du code 97.

conseil
Après avoir laché votre carton d'annonce sur la table, jetez quand même un coup d'oeil pour vérifier qu'il n'y a pas erreur. Tant que votre partenaire n'aura pas déclaré, l'arbitre pourra vous autoriser à corriger. Après, il sera trop tard.

2. Changement de déclaration différé ou réfléchi (25 B) :

Le purgatoire ou l'enfer ?

On aurait voulu s'en tenir au texte du code. "Jusqu'à ce que l'adversaire de gauche déclare, une déclaration peut être changée même si 25 A (l'inadvertance évoquée ci-dessus) ne s'applique pas". Bien entendu, cette correction ne sera pas sans conséquence, mais enfin le texte me paraît clair : un joueur peut corriger une déclaration faite tant que son adversaire de gauche n'a pas déclaré.

Vous relevez:

A D 4 2
5 3
V 2
A D (9) 5 4

Vous sélectionnez l'ouverture d'1 , votre voisin réfléchit quand vous réalisez que ce 9 noir est celui de la poisse (Pique).
Vous corrigez votre première déclaration par 1 . Arbitre.

L'inadvertance n'est pas de mise ici et le code n'est pas là pour vous indiquer l'adresse de l'opticien le plus proche. Vous avez, dit le code, le droit de corriger mais l'on va vous appliquer la Loi 25 B :

 

3. "Stupid mistake" Loi 25 C ?

Avec ses deux paragraphes (A et B), cette loi est déjà assez complexe, n'est-elle pas ? La Commission mondiale (WBF) des lois réunie à Lille vient d'y apporter une confusion, pardon une précision, nouvelle, un paragraphe C en quelque sorte. Il est exact, dit-elle, que le code autorise un joueur à changer sa déclaration tant que son adversaire de gauche n'a pas déclaré, mais cela ne doit concerner que les "stupid mistakes", les erreurs "hénaurmes" comme par exemple passer sur un cue-bid du partenaire. En aucun cas elle ne peut autoriser un changement de jugement, confirme la Commission.

Tout devient clair ! Si vous avez un contentieux avec un arbitre et que vous souhaitez lui poser un problème : faites un changement de déclaration.

Il devra différencier :

Remarquez qu'en outre, il n'est pas exclu que vous fassiez veiller les membres de la commission d'appel, une aubaine, non ?

Vraiment, les échecs sont un jeu mineur quand je pense que pour un cas somme toute équivalent (changement de jeu), ils n'ont su rédiger qu'une loi aussi simpliste que "Pièce touchée, pièce jouée" !

Retour au sommaire de la rubrique: